HARRAGA, LES BRÛLEURS DE FRONTIÈRES

HARRAGA, LES BRÛLEURS DE FRONTIÈRES

Depuis 7 ans, le photographe Giulio Piscitelli suit des migrants et capturent des moments forts de leurs périples fastidieux. Exposé à la Maison des Métallos de Paris, l’artiste a suivi les Harragas dans leurs mouvements, leurs chutes et leur force à se relever pour des rêves que la réalité fracasse.

Sa démarche engagée est généralement bien reçue de la part de ses sujets car il ne prétend pas changer leur vie grâce à son travail, mais montre simplement de l’intérêt pour les personnes qu’ils sont. Tout au long de son œuvre, Giulio Piscitelli cherche à faire réfléchir et à faire se demander pourquoi les Harragas doivent voyager ainsi.

Un sujet de Catherine Monfajon

 

Genres / Categories: Info